Gérer les cookies
0 agents FdO
objectif 48 000 agents

Agents des forces de l'ordre qui seraient disposés à s'engager en faveur d'un référendum sur le RIC

Soit environ 0% des 236 000 agents des forces de l'ordre (police nationale : 100 000, police municipale : 22 000, CRS : 14 000, gendarmerie : 100 000, etc.)

80 €/mois
objectif 58 000 000 €/mois

Promesse de don faite par 4 citoyens pour assurer un revenu minimum aux agents des forces de l'ordre qui s'engagent en faveur d'un référendum sur le RIC

Soit une promesse de don moyenne de 20€/mois
Avant de poursuivre mon inscription, je certifie sur l'honneur :



Vous êtes agent des forces de l'ordre et disposé à soutenir un référendum sur le RIC ?


€/mois
Avant de poursuivre mon inscription, je certifie sur l'honneur :





Combien seriez-vous disposé à donner pour assurer un revenu minimum aux agents des forces de l'ordre qui s'engagent ?

Fonds Citoyen Stratégique et Solidaire pour un Référendum sur le RIC

Consultation anonyme lancée le 25 janvier 2020

Le conflit qui enfle entre citoyens et forces de l'ordre, conflit que nos gouvernements prennent soin d'entretenir en nous montant les uns contre les autres, devra tôt ou tard trouver une issue, n'est-ce pas ? Cette issue, nous pouvons la choisir, dès maintenant. Elle ne dépend que de nous. Choisissons-la avec grandeur et intelligence. La quête démocratique nous donne l'occasion d'établir une relation nouvelle entre citoyens et forces de l'ordre, pour que du conflit puant d'aujourd'hui naisse autre chose. Les plus belles choses ne germent-elles pas du fumier ? Ici, affirmez des valeurs humaines comme la fraternité, le pardon et la non-violence, l'Amour quoi ; des valeurs sociales et démocratiques ; sans pour autant rester à l'état de mendiant politique impuissant, ni passer pour un doux rêveur idéaliste. Affirmons une fraternité sans condition ; la liberté et l'égalité suivront.

Concrètement, cette page web peut permettre aux citoyens français d'obtenir leur souveraineté. Comment ? C'est subtile : par des promesses de dons aux forces de l'ordre, leur enlevant le souci des sanctions financières, de sorte qu'elles puissent annoncer être prêtes à se soustraire à leur devoir de réserve pour soutenir la tenue d'un référendum sur le RIC en toutes matières. En quelque sorte, il s'agit de simuler un (gentil) coup d'État citoyen, un putsch démocratique non-violent. À bien y réfléchir, il n'y a rien de plus légitime pour les citoyens d'une démocratie, sauf que si nous étions vraiment en démocratie, il ne serait pas nécessaire d'en arriver là.

Objectif de cette consultation

Il s'agit d'une expérience : se faire une idée du soutien mutuel que les citoyens et leurs forces de l'ordre sont prêts à établir pour faire avancer la démocratie française au-delà de ce que proposent leurs représentants. L'objectif imaginé ici est de provoquer un référendum national sur le RIC (Référendum d'Initiative Citoyenne) en toutes matières avec l'organisation préalable d'un certain nombre de mesures pour garantir des votes informés. Si le RIC, outil de démocratie directe, était adopté, il permettrait aux citoyens de modifier leurs lois et leur constitution, et d'exercer un contrôle sur leurs représentants. Une véritable démocratie, pour affirmer et vivre ses valeurs, doit disposer d'un mécanisme semblable au référendum d'initiative citoyenne en toutes matières, parce qu'un système dynamique a besoin d'un mécanisme de rétroaction efficace pour être contrôlé et dirigé dans la direction voulue ; dans le cas d'une démocratie, la direction choisie par le peuple.

Pourquoi impliquer les forces de l'ordre ? Parce qu'elles sont la seule barrière entre les citoyens et leurs représentants. C'est cette seule protection qui permet à nos représentants de freiner notre quête démocratique tout en préservant leurs intérêts personnels. Mais les forces de l'ordre sont ignorées et personne ne considère qu'elles puissent avoir un rôle citoyen à jouer, alors que c'est uniquement dans l'intérêt des pouvoirs. Si nous voulons que les forces de l'ordre protègent les intérêts des citoyens, traitons-les comme des citoyens. Le fossé entre citoyens et forces de l'ordre peut paraître infranchissable. Espérons qu'il ne soit encore qu'en trompe-l'oeil. Notons que l'action (ou l'inaction) de l'armée et de la police a été décisive dans de nombreux bouleversements de l'histoire.

Comment quantifier les efforts envisageables par chacun ? La promesse de fonds proposée ici est une promesse de soutien et de solidarité, de la part des citoyens, destinée aux agents des forces de l'ordre disposés à prendre des risques en se positionnant en faveur d'un référendum sur le RIC. Plus les compteurs monteront, plus la protection qu'offrent les forces de l'ordre à notre gouvernement et à nos représentants sera virtuellement affaiblie, et si les compteurs montent assez haut (les objectifs proposés sont indicatifs), cette protection pourrait s'évaporer, sans violence. Rappelons que les Français seraient favorables au RIC législatif à 77% (sondage Ifop 2019).

Qu'elles seraient les mesures qui garantiraient que chaque citoyen vote en toute connaissance de cause pour ou contre le RIC ? Par exemple, organiser une campagne d'information de toute la population sur 1 an. Cela concernerait notamment les étudiants en intégrant au programme de l'éducation nationale une introduction avancée aux outils réellement démocratiques comme le RIC, le tirage au sort, le jugement majoritaire, etc. ; dès le collège, et s'étendant aux études supérieures. Des débats contradictoires pourraient être organisés et médiatisés, et une liste officielle des arguments pour et contre un RIC en toutes matières pourrait être établie par des groupes de travail citoyens tirés au sort épaulés par des experts, notamment du RIC et de la constitution. En parallèle, un RIC pourrait être conçu par des groupes de travail similaires (un gros travail a déjà été fait partout en France sur les modalités du RIC). Ce RIC serait alors soumis aux citoyens par référendum avec, par exemple, trois choix possibles : "oui, le RIC proposé me convient", "oui, mais le RIC proposé ne me convient pas" et "non, je suis contre les RIC". S'il était adopté, il ne pourrait être retiré de la constitution ou modifié que par référendum.

Pourquoi un RIC ?

Parce que les citoyens sont réduits à des mendiants politiques : manifester pour chaque revendication est chronophage et épuisant. Manifester est dangereux quand les corps sont attaqués pour protéger des biens matériels sans valeur comparable. Manifester est de toute façon inefficace, car il suffit que le mouvement soit ignoré pour qu'il s'épuise et se divise. Les pétitions ne sont pour l'instant pas plus efficaces, et la voie politique classique de notre "démocratie" représentative est, entre autres, biaisée par des modes de scrutin archaïques qui favorisent les candidats les plus fortunés, médiatisés et avides de pouvoir. Pourquoi perdre notre temps à élire des "maîtres", alors que nous pourrions trancher les vraies questions, les grandes questions, une à une, par nous-mêmes avec le RIC ? Pourquoi débattre entre citoyens alors que nous n'avons aucun moyen d'en faire aboutir les conclusions ?

Parce que le RIC est politiquement neutre, dans le sens où il n'est ni de droite, ni de gauche, ni anti-capitaliste, ni libéral, il vise simplement à établir la souveraineté du peuple. De cette façon, les forces de l'ordre qui s'engagent pour un référendum sur le RIC en toutes matières ne prennent pas parti, elles ne font que défendre et fortifier la démocratie française.

Parce que les citoyens ne sont pas libres sans une vraie culture du débat contradictoire, socle de toute vraie démocratie. Ils ne sont pas libres s'ils ne sont pas bien informés, si les alternatives possibles ne leur sont pas présentées, s'ils ne sont pas confrontés à la contradiction, s'ils considèrent que leurs intuitions sont les seules valides, c'est-à-dire s'ils n'acceptent pas le débat. Rejeter la diversité des opinions, c'est nier les expériences individuelles, c'est nier la réalité. Sans humilité, sans bienveillance, c'est-à-dire sans fraternité, la liberté est une illusion, elle est celle des bêtes sauvages.

Le RIC en toutes matières donnera aux citoyens la possibilité de réellement choisir leur destin politique, social, écologique, etc. parce qu'ils seront plus libres et en mesure d'exercer cette liberté efficacement. Si un RIC en toutes matières est inscrit dans leur constitution, les Français auront enfin un début de vraie démocratie, plus directe et moins corrompue par les conflits d'intérêts de toute sorte.

Le RIC en toutes matières, c'est quoi exactement ?

Le RIC est un référendum à l'initiative des citoyens, sans opposition possible de la part des représentants, élus ou non (ministres, etc.). Il existe 4 principaux types de référendum : législatif, abrogatoire, révocatoire et constituant. Un vrai RIC en toutes matières est au moins déclinable suivant ces 4 types, et peut aborder n'importe quel sujet : défense, justice, droits et libertés, économie, finance, écologie, questions de société, etc.

Les 4 principaux types de RIC :

Un RIC se déroule en plusieurs étapes, par exemple :

La notion d'échelle est importante en démocratie. Par exemple, les sujets stratégiques (énergies, transports, sécurité sociale, éducation, recherche, etc.) ou ceux liés aux relations internationales (politique migratoire, défense, stratégies économiques, etc.) peuvent être tranchés par l'ensemble des citoyens ; dans ce cas, un RIC national est bien adapté. Mais parce que la démocratie, paradoxalement, respecte de moins en moins la volonté des citoyens quand leur nombre augmente, tous les sujets pouvant être tranchés à des échelles plus locales, plus humaines, doivent l'être ; dans ces cas, des RIC locaux sont bien adaptés. Beaucoup de choix sont possibles au niveau de la commune, du département ou de la région.

Pourquoi impliquer les forces de l'ordre ? D'où vient cette stratégie radicale et séditieuse ?

Constat initial : comme toutes les grandes revendications, d'autant plus si elles transfèrent le pouvoir de ceux qui l'on vers ceux qui ne l'on pas, la question du RIC est ignorée par notre gouvernement et nos représentants. Soyons réalistes, un vrai RIC en toutes matières ne sera jamais proposé aux citoyens par leurs représentants parce qu'ils sont en conflit d'intérêt. Il faut les y forcer.

Problème : les citoyens n'ont pas (encore) de leviers légaux pour forcer leur gouvernement et leurs représentants à aller contre leurs intérêts. Et la violence, qui n'est intrinsèquement pas souhaitable, se heurterait aux forces de l'ordre qui protègent nos représentants. Les révolutions violentes atteignent-elles vraiment leurs objectifs ?

Objectif intermédiaire : affaiblir sans violence la protection qu'offrent les forces de l'ordre à nos représentants, parce qu'il n'y a finalement que cette protection qui les autorise à ignorer le RIC.

Objectif intermédiaire : encourager les forces de l'ordre à parler du RIC entre eux et du type de démocratie qu'ils veulent soutenir, à le faire savoir à leur hiérarchie, à refuser d'exécuter les ordres qui les scandalisent et en dernier recours à abandonner leur poste ou à démissionner.

Problème : les forces de l'ordre subiront des pressions personnelles, les agents risquent leur carrière, des sanctions, et ils ne peuvent se permettre de perdre leur salaire, ni même de le voir diminuer.

Solution possible : sur la base de dons mensuels, constituer un fonds citoyen de soutien aux forces de l'ordre permettant de leur verser chaque mois un complément de revenu au chômage s'ils sont licenciés, voir un revenu complet s'ils démissionnent. De cette façon, ils seraient libérés de la contrainte pécuniaire et libres d'agir, à leur échelle, en faveur d'une vraie démocratie.

Problème : gérer un tel fonds est très complexe, et les licenciements et démissions restent à éviter.

Solution retenue : sur la base de promesses de dons mensuels, constituer une promesse de fonds pour montrer aux forces de l'ordre que la population est prête à les soutenir si elles s'engagent en faveur d'un référendum sur le RIC. Un premier compteur doit permettre de voir ce que les citoyens sont prêts à donner chaque mois pour obtenir un référendum sur le RIC, et un deuxième compteur doit donner le nombre d'agents des forces de l'ordre prêts à s'engager en faveur d'un référendum sur le RIC. Ces compteurs exerceront de fait une pression sur notre gouvernement et nos représentants. Le fonds réel ne devrait être mis en place qu'en dernier recours si le gouvernement continue d'ignorer la question du RIC en toutes matières alors que les compteurs annoncent une forte mobilisation des citoyens et des forces de l'ordre.

Et si ce fonds citoyen devait être mis en place ?

Si cette consultation montre que nous sommes prêts à nous soutenir pour faire avancer notre démocratie, mais que nos représentants n'en tiennent pas compte, une solution serait de réellement mettre en place le fonds proposé ici. Dans ce cas, la distribution des compléments de revenu se ferait aussi justement et simplement que possible, dans le même esprit que les caisses de grèves, la grève en moins. Le complément de revenu minimum, dans la mesure du possible, compenserait toutes les baisses de salaires des agents inscrits, quel qu'en soit le motif, la priorité étant d'assurer l'équivalent du SMIC. Tous les détails de la répartition seraient publiquement visibles.

Aussi, l'exigence d'un référendum sur le RIC en toutes matières vient avec celle de rétablir, s'ils le souhaitent, tous les agents licenciés, démissionnaires ou ayant subi une perte de salaire quelconque.

Dans l'intervalle, les agents licenciés ou démissionnaires seraient, s'ils le souhaitent, invités à maintenir leur engagement pour un référendum sur le RIC en toutes matières.

Analyse de la participation

À un instant donné, différentes hypothèses pourront être émises selon la configuration des compteurs de cette consultation :

Validité des compteurs

Pour que les compteurs aient un poids, il faut garantir que chaque euro est promis par un citoyen français réel, et que chaque agent inscrit soit effectivement un agent des forces de l'ordre françaises. Ainsi, nous éviterons les influences étrangères et les fausses inscriptions.

Le donateur doit certifier sur l'honneur :

Une promesse de don peut être mise à jour en renseignant de nouveau le formulaire avec la même adresse email. Un don de 0€ permet, par exemple, de signifier son soutien même si l'on n'a absolument pas les moyens financiers de participer à la cagnotte. Un donateur peut se désinscrire en utilisant le lien fourni dans le dernier email de validation reçu. S'il est périmé, un email de validation peut être obtenu à tout moment en remplissant de nouveau le formulaire avec la même adresse email.

L'agent qui s'engage doit certifier sur l'honneur :

Un agent peut se désinscrire en utilisant le lien fourni dans le dernier email de validation reçu. Si celui-ci est périmé, un nouvel email de validation peut être obtenu en renseignant de nouveau le formulaire avec la même adresse.

La validité des participations et des promesses de don étant particulièrement importante pour qu'elles ne puissent pas être remises en cause, un email de validation est envoyé après la soumission de l'un des deux formulaires ci-dessus. Le respect de la procédure indiquée dans cet email de validation est nécessaire pour que la participation soit comptabilisée. Mais malheureusement, referendum-ric.fr n'a pas les moyens techniques de certifier l'honnêteté de toutes les participations, car les citoyens français ne disposent pas d'un moyen gratuit, sûr et anonyme de certifier leur citoyenneté sur internet.

Néanmoins, une méthode sûre et gratuite, mais non anonyme existe. Sur la base d'un volontariat total de votre part et bien que referendum-ric.fr ne puisse pas légalement collecter ces informations, vous pouvez, lors de la validation de votre participation, fournir votre numéro fiscal et une référence d'avis d'impôt associée. Ces identifiants personnels uniques seront automatiquement certifiés via le service de vérification des avis du Ministère de l'Économie et des Finances, ce qui donnera plus de poids à votre participation. Notez que referendum-ric.fr aura potentiellement accès aux détails de votre situation fiscale. Aucun de ces éléments n'est évalué, partagé ou enregistré par referendum-ric.fr. Cette méthode de validation est optionnelle et peut cesser de fonctionner à tout moment. Toutes les précautions ont été prises, mais referendum-ric.fr et son auteur déclinent toutes responsabilités liées à son utilisation.

Anonymat

Les adresses email utilisées lors des inscriptions ne sont communiquées à aucun tiers. Elles sont utilisées pour l'envoi des emails de validation, puis sont stockées dans la base de données de ce site sous forme cryptée et inexploitable ; même referendum-ric.fr ne pourra pas vous recontacter, à moins que vous ne remplissiez de nouveau l'un des formulaires ci-dessus.

Cependant, personne n'est jamais vraiment anonyme sur internet. Si l'anonymat total est important pour vous, quittez ce site et allez regarder des vidéos de chat.

À voir

article3.fr, une pétition en ligne pour le RIC.

operation-ric.fr, pour obtenir un RIC en passant par les députés (anciennement operationarticle3.fr).

clic-ric.org, pour obtenir un RIC en organisant une manifestation nationale récurrente.

Une pétition pour le RIC sur change.org

culture-ric.fr, répondez à des consultations sur le RIC et bien plus.

objectif-ric.org, construction d'un RIC par et pour les citoyens.

parlement-et-citoyens.fr, synthèse d'un débat sur le RIC.

lavraiedemocratie.fr, un argumentaire détaillé qui montre que nous ne sommes pas en démocratie.

gentilsvirus.org, rendre la vraie démocratie virale.

www.yokho.eu, un exposé intéressant sur la démocratie.

www.le-message.org : “Nous voulons une Assemblée Constituante démocratique, donc tirée au sort.”

chouard.org, pour une Constitution Citoyenne, écrite par et pour les citoyens.

www.le-vrai-debat.fr, la plateforme citoyenne parallèle au "Grand Débat".

lalignejaune.fr, un site et forum de Gilets Jaunes.

paris.demosphere.net, une longue liste de caisses de grève.

Contact

Cette page web est le résultat d'une réflexion sur des lectures, des échanges, des vidéos, etc. qui ont fait leur chemin dans mon petit cerveau avec les années. Cette page web, je l'ai faite simple et directe, mais sans doute pas compatible avec tous les navigateurs existants (désolé pour ça, le web est une folie). La couleur orange ne correspond à rien de particulier, elle rappelle de loin l'urgence des Gilets Jaunes tout en étant douce pour les yeux. La politique actuelle est inintéressante, elle me donne l'impression de regarder une mauvaise adaptation télévisée de 1984. La bataille des mots et de leur sens est aussi ancienne que la parole. Mais un brouillard se referme sur elle et sur notre intelligence. Je ne me reconnais dans aucun parti politique et ne comprends pas bien pourquoi il le faudrait. Je préfère réfléchir, débattre et faire violence à mon intelligence sur de vraies questions concrètes. J'ai conscience d'avoir une compréhension du monde limitée et déformée. Par là, j'ai peu d'opinions tranchées et suis toujours prêt à changer d'avis. Je suis croyant areligieux. J'ai un doctorat (véhicules autonomes et robotique) et suis actuellement ingénieur dans le domaine de la réalité augmentée. Par chance, je n'ai aucun souci d'argent, et j'ai le temps de raconter ma vie ici. Pour toutes questions techniques, remarques constructives, menaces ou insultes, c'est par là : contact (a) referendum-ric.fr

Je nous souhaite le meilleur.

Ange Nizard